Accueil / La presse en parle

La presse en parle

Salon Magazine, avril 2018

 

 

 

 

LaPresse+ du 6 mai 2015

TENDANCE CAPILLAIRE
COULEUR AU NATUREL

LA COLORATION VÉGÉTALE RENAÎT

MARIE-FRANCE LÉGER – LA PRESSE+ 

Plusieurs jeunes filles se coloraient les cheveux au henné dans les années 80 et 90. Mais l’explosion de l’offre en matière de teintures, de shampoings et de vaporisateurs colorés a fait chuter la popularité de ce colorant végétal obtenu à partir des feuilles séchées d’une plante qui pousse en Inde et sur le continent africain.

Signe des temps, la toxicité des produits chimiques et la crainte des réactions allergiques attirent désormais une nouvelle clientèle vers la coloration 100 % végétale. Et pas seulement vers le henné. Des préparations de nombreuses plantes tinctoriales ont refait leur apparition en Europe et commencent à faire une percée au Québec.

Premier du genre à offrir ce type de couleur à Montréal, le salon Jardin d’art et de coiffure, avenue du Mont-Royal Est, offre aussi des formations aux coiffeurs qui souhaitent s’initier à ce type de coloration. « Notre teinture est 100 % végétale, sans aucune molécule chimique de synthèse », explique Vincent Bonhomme, propriétaire du salon.

Mr Bonhomme utilise les produits de l’entreprise française Marcapar pour le réseau Les cuisiniers du cheveu. Les teintures en poudre ne contiennent évidemment pas d’ammoniaque ni de PPD (p-phénylénédiamine), ce dernier étant montré du doigt comme cause d’allergies parfois très graves.

Les teintures utilisées sont réparties en trois grandes familles : pour les bruns, les blonds et les roux. Pour les cheveux bruns, on utilise des plantes tinctoriales à indigo, comprenant des indigotiers, de la renouée, du lichen et des lauriers à indigo. Pour les teintes de blonds, dites tinctoriales à flavonoïdes, on se sert de la camomille, de la gaude, de l’épine-vinette et du curcuma. Enfin, pour les colorations rousses, de la famille des tinctoriales à quinones, on emploie la garance, le rocou, le henné et le noyer.

La proportion de teinture utilisée sera mesurée en grammes, en tenant compte de la longueur du cheveu. Il s’agit ici d’une préparation tout à fait différente de la coloration chimique, car la teinture naturelle n’agit pas de la même façon.

« La teinture végétale recouvre mais ne pénètre pas le cheveu ni le cuir chevelu. »

— Vincent Bonhomme, coiffeur

Nous avons testé cette coloration au salon et le résultat offre une très belle nuance, d’allure naturelle, avec des reflets. De plus, elle couvre adéquatement les cheveux blancs, les laissant doux et soyeux.

LE PRIX

La coloration végétale, surtout effectuée en salon, est plus chère que la teinture chimique d’environ 10 à 15 %. Il en coûtera aussi plus cher pour les cheveux foncés que pour les cheveux clairs, car cela nécessite deux ou trois applications. Une première application de base coûte environ 60 $. Des contenants sont également offerts dans les salons participants, si vous préférez teindre vos cheveux à la maison. Le prix ? 32 $ pour 120 grammes.

MODE D’EMPLOI

Si vous utilisez la coloration végétale pour la première fois, il est préférable d’obtenir les conseils préalables d’un coloriste en salon. Il n’est pas recommandé d’employer une même plante sur des cheveux de couleur différente.

  1. Selon la longueur, mélanger entre 60 g et 100 g de teinture en poudre avec de l’eau chaude, de manière à obtenir une sorte de « mayonnaise ».
  2. Appliquer la coloration à l’aide d’un pinceau en brosse. Laisser reposer entre 15 et 60 minutes, selon la couleur désirée.
  3. Rincer abondamment, jusqu’à disparition complète du mélange de plantes.

Un conseil : Oui, la préparation est plutôt boueuse. C’est normal ! Si vous ne voulez pas tacher vos meubles, on suggère d’étendre une toile ou une vieille serviette par terre, ou encore de s’asseoir carrément dans la baignoire.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.

http://plus.lapresse.ca/screens/39ab6b6a-453a-4f4e-98fc-faaf51716e6b%7CwUMAvBPOlofC.html

 

 

La Métropole du 18 juin 2014

Eya présentait «Déjeuner sur l’herbe. Chansons d’aube et de nature du temps des troubadours.» Femke Bergsma, à la vielle, flûte à bec et voix accompagnée de Jean-Philippe Reny, au luth, oud et tambour de Béarn ont interprété des Carmina Burana (chants de Beuern) et des aubes du 12e siècle. Après des études au conservatoire d’Utrecht, Femke Bergsma se perfectionne auprès des membres de l’ensemble Boston Camerata et participe aux ensembles Scholastica et Estavel. 



Jean-Philippe Reny étudie l’oud et la musique turque depuis 2002 et a contribué notamment aux Productions Strada, le collectif d’escabeaux et Amoureuses balades.  



L’Ensemble Eya, fondée en 2005, se spécialise dans l’interprétation des musiques du Moyen Âge et des liens musicaux et littéraires entre les différents répertoires de musiques anciennes et traditionnelles québécoises. Mentionnons le disque La belle se siet qui relate l’histoire tragique d’une file qui aime un prisonnier et qui veut le suivre dans la mort. Un univers à des années-lumière des amours contingents de Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.* La mélodie du 13e siècle se retrouve dans les manuscrits de Bayeux, Francis Poulenc en fait une version, et la chanson La Pernette s’en inspire encore aujourd’hui.  

Lire la suite : http://www.lametropole.com/article/arts-et-spectacles/musique/voyage-musical-dans-le-temps#.U6LibA1WC54.gmail

 

La Métropole du 7 mai 2014

Ainsi, des librairies deviennent galeries informelles, des magasins, comme Roche-Bobois, offrent leurs murs aux peintures de Diane Dufresne et même un salon de coiffure devenir, le temps d’un soir, un lieu culturel. Vincent Bonhomme, propriétaire du Jardin d’art et de coiffure, situé au coeur du Plateau Mont-Royal, présente des expositions de peintures ou de photographies et des concerts à l’occasion pour ses clients et leurs invités.



Féru d’art, Vincent Bonhomme a fondé le festival de musique baroque et de la renaissance, Les cordes sensibles dans la ville de Saint-Ambroix de sa France natale. Immigré à Montréal en 2008, il poursuit sa passion en créant les soirées musicales du Jardin d’art et de coiffure et offre un répertoire éclectique allant du baroque, au flamenco en passant par la chanson française. Ainsi, la 30e soirée musicale du Jardin d’art et de coiffure présentait, le 3 mai, le Trio de jazz Chantale Morin, avec pour thème la célèbre pièce de Keith Jarrett, Memories of Tomorrow.

 

Lire la suite : http://www.lametropole.com/article/arts-et-spectacles/musique/un-salon-de-culture-et-de-coiffure#.U2o1GrR0IEg.gmail

 

Montreal plus

L’art de la coiffure
Ce salon résolument zen est conçu pour que les visiteurs s’y sentent très à l’aise. Les chaises et les murs séparateurs sont faits de bambou et de rotin, et les pièces aux accents de bois et de pierre sont l’œuvre de l’artiste français André Corsi. Le résultat ? Un salon à l’atmosphère relaxant et artistique, où vous pourrez prendre soin de vous et même vous gâter.

Une approche entièrement naturelle
Le Jardin d’Art et de Coiffure est l’idée de Vincent Bonhomme, le consultant en style résidant du salon. Le salon lui-même a pour objectif de prodiguer des soins pour les cheveux avec les produits entièrement de la gamme du styliste français René Furterer. Avec leurs huiles essentielles de melaleuca, d’eucalyptus et de lavande, ainsi que les extraits de plantes comme le noisetier, le sésame et le coing, ces produits sont conçus spécifiquement pour traiter les cheveux et le cuir chevelu de façon naturelle. Des cuirs chevelus secs aux couleurs endommagées, en passant par la calvitie et les pellicules, vous pourrez y acheter des produits conçus pour traiter tous les problèmes liés aux cheveux.

Le salon comme salle de concert
Aux quelques semaines, les lumières sont tamisées et les chaises sont regroupées autour d’un piano droit à l’arrière pour un petit concert. Mettant en vedette des musiciens du coin, ces soirées sont très appréciées par la communauté et soulignent la mission artistique du salon. Et comme si ce n’était pas assez, des œuvres d’artistes locaux sont exposées sur presque tous les murs, ce qui vous fait profiter d’une ambiance particulièrement agréable pendant que l’on s’occupe de vos cheveux.

Montréal Plus .ca :http://www.montrealplus.ca/montreal/venues/jardin-dart-et-de-coiffure

 

Article dans « Clin d’oeil »

Clin d'Oeil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paru dans « Elle »

 

Elle